baniere remparts porrentruy

tablier intro

 

I crais que lés djûenes d'adjed'heû ne saint pu c'qu'a ïn d'vaintrie! Vos vos s'vïntes di d'vaintrie de vot' grand-mére?

 

Lés méres ét lés grands-méres botïnt ïn d'vaintrie poi dechus yos haiyons pou ne pe se voudgeoiyie poéche qu'è n'aivïnt pe brament de rôbes pou se r'tchaindgie. El était brament pu aijie de laivaie ïn d'vaintrie qu'était en coton, putôt qu'ènne rôbe, ènne blôde où bïn ènne dyipe qu'était faite d'âtres maitéres.

 

 

 

- Tiaind qu'èlle aivait fraid, mai mére se botaie lés brais èt lés épâles dedains, ét taind lo s'raye r'yeujaie èt qu'èlle tieujenaie d'vaint lo fouénat, èlle réchavaie lés gottes de chvou d'vaint qu'èlles ne tchoiyeuchïnt dains lai tiaisse!

 

- Son d'vaintrie servait âchi è rémeûdre lo fûe qu'était prât de meûrit.

- C'ât encoé lu que servait è raimoiénnaie lés pommattes ou bïn lo bôs sât en lai tieujainne.

- Dâs lo tieutchi, en lo preniait c'ment p'nie pou bïn dés lédiûmes, aiprés que lés petéts pois feuchïnt raiméssaies veniait lés tchôs. En fïn de séjon en le prenait pou raiméssaie lés pommes qu'étïnt tchoués dés aibres.

- Tiand dés envélies airrivïnt sains qu'en lés aittendeuchïnt, è fayait voûere ci d'vaintrie boudgie dains tos lés sens po pâre lo poussat.

- A môment de péssaie è tâle, grand-mére allait ch'coure son d'vaintrie devaint lai poûetche, çoli v'lait dire que lai nonne était prâte, ét lés hannes qu'étïnt dains lés tchaimps saivïnt qu'en poyait péssaie è tâle.

- Grand-mére s'en servait aije bïn po r'tirie lo toétché di foué ét lo botaie ch'lo bord de lai f'nétre pou qu'è réfroidécheuche; de nos djoés sai petéte-baichatte lo bote achi ch'lai f'nétre mains ç'ât pou lo faire dédgealaie........

 

Âtre temps, âtres côtumes !!!!

 

E veut fayait bïn dés annaies, d'vaint qu'en ne troveuche ïn haiyon que poyeuche servit po aitaint de tchôses.

 

À djoé d'adjed'heû, lés djûenes dains aivoi lés pois que se drassant ch'lai téte en musaint en totes cés tchervôttes de bétes que poyïnt s'aiccreutchies en ci d'vaintrie en ènne djoénaie!!

 

Mains pou tot vos dire, è n'y é ran qu'ènne tchôse que lés afaints aint aittraipaies à contact di d'vaintrie de yot mére ou yote grand-mére......... ç'ât de

l'aimoé !!!!

 

 

Christiane Lapaire

 


 

 

tablierHistoire du tablier de grand-mère

 

Je crois que les jeunes d'aujourd'hui ne savent plus ce qu'est un tablier! Vous vous souvenez du tablier de votre grand-mère?

 

Les mères et les grands-mères mettaient un tablier par dessus leurs habits pour ne pas se salir parce qu'elles n'avaient pas beaucoup de robes pour se rechanger. Il était beaucoup plus facile de laver un tablier qui était en coton plutôt qu'une robe, une blouse ou bien une jupe qui était faite d'autres matières.

 

Son usage premier était de protéger la robe, mais en plus de ça :

- On le servait comme gant pour retirer un plat trop chaud du four.

- Il n'y avait rien de tel pour essuyer les larmes des enfants, et quelques fois pour nettoyer les frimousses toutes sales.

- Depuis le poulailler, on s'en servait pour rapporter les oeufs à la cuisine, les poussins à ramener à la vie, et des fois les oeufs qui étaient à moitié éclos, que ma mère mettaient dans le fourneau tiède, pour aider les poussins à venir au monde.

- Quand il venait quelqu'un le tablier servait à cacher les enfants qui avaient peur.

 

- Quand elle avait froid, ma mère se mettait les bras et les épaules dedans, et quand le soleil reluisait et qu'elle cuisinait devant le fourneau, elle essuyait les gouttes de sueur avant qu'elles ne tombent dans la casserole!

- Son talbier servait aussi à ratiser le feu qui était prêt de mourir.

- C'est encore lui qui servait à ramener les pommes de terre ou le bois sec à la cuisine.

- Depuis le jardin, on le prenait comme panier pour bien des légumes, après que les petits pois soient ramassés venaient les choux. En fin de saison on le prenait pour ramasser les pommes qui étaient tombées des arbres.

- Quand des invités arrivaient sans qu'on les attendent, il fallait voir ce tablier bouger dans tous les sens pour prendre la poussière.

- Au moment de passer à table, grand-mère allait secouer son tablier devant la porte, cela voulait dire que le dîner était prêt, et les hommes qui étaient dans les champs savaient qu'on pouvait passer à table.

- Grand-mère s'en servait aussi pour retirer le gateau du four et le mettre sur le bord de la fenêtre pour qu'il refroidisse; de nos jours sa petite-fille le met aussi sur le bord de la fenêtre mais c'est pour le faire dégeler..........

 

Autre temps, autres coutumes !!!!

 

Il va faloir bien des années pour que l'on trouve un habit qui puisse servir pour autant de choses.

 

Au jour d'aujourd'hui, les jeunes doivent avoir les poils qui se dressent sur la tête en pensant à tous ces microbes qui pouvaient s'accrocher à ce tablier en une journée !!!

 

Mais pour tout vous dire, il n'y a qu'une chose que les enfants ont attrapés au contact du tablier de leur mère ou leur grand-mère........c'est de l'amour !!!!!!

 

Christiane Lapaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Portrait de Paquerette Barré
Paquerette Barré a répondu au sujet : #176 il y a 3 ans 1 mois
Belle histoire de ce tablier de gr. Mère, j'aime la petite qui trempe son doigt dans la pâte. Merci Christiane au plaisir de relire le patois que tu aimes tant.Bisous