baniere remparts porrentruy

 

pommeLai pomme di petét François po lo tiurie

 

Lo petét François faisait di doûes rûes ïn métieudgi lai vâprèe.

 

Aiprés doûes houres èl était sôle, aidonc è s'airrâte ïn pô po réçhouçhaie. A meinme môment lo tiurie revïnt de tchéz lai Mairie qu'èl était allaie voûere poéche qu'èlle était malaite.

 

Not' petét François qu'ainmaie bïnlo tiurieraimésse doûes pommes dains lo voirdgie di Djosèt de Lai Côte, ét lés bote dains sai baigatte, tot en allaint en lai rencontre di tiurie.

 

- Bondjoé chire tiurie c'ment ât-ce que çoli vait adjed'heû? qui demainde lo petét François.

 

- Bondjoué François, çoli vait bïn ét pe toi?

 

- Coli vait, i vos r'méchie, voili doûes houres qui fait di doûes rûes ét y seus ïn pô sôle, dali tiaind qui vos é vu y ai raiméssaie 2 pommes dains lo voirdgie di Djosèt ét i m'seus dit que vos sairïns bïn héyerous d'en maindgie ènne aivo moi.

 

- Et bïn çoli ç'ât bïn dgentil, vïns nos v'lan nos sietaie tchu ci bainc d'dôs lo gros noûechie ét nos v'lan maindgie not' pomme.

 

En airrivaint tchu lo bainc lo petét François tend lés doûes pommes à tiurie ét lo léche tchoisi c'tée qu'è v'laie.

 

Lo tiurie  prend ènne pomme ét écmence de lai maindgie. Lo p'tét François prend l'âtre, paît ïn motchou de sai baigatte, réchue lai pomme ét lai maindge.

 

Etoiénnaie lo tiurie y dit : "Te sais François, lo Djosèt è ne bote pe de produt tchu sés aibres te n'é pe fâte de réchure tai pomme po lai maindgie."

 

- Oh i l'sait bïn chire tiurie, mains tiaind qui ai raiméssaie cés pommes è y en aivait ènne qu'était dains ïn bousèt ét y ne me s'vïnt pus laiquélle c'était !!!

 

Texte Christiane Lapaire

 

 


 

 

pommeLa pomme du petit François pour le curé

 

Le petit François faisait du vélo un mercredi après-midi.

 

Après deux heures il était fatigué, et s'arrête pour un peu souffler. Au même moment le curé revient de chez la Marie  qu'il était aller voir car elle était malade.

 

Notre petit François qui aimait bien le curé ramasse 2 pommes dans le verger du Joseph de la Côte, les mets dans sa poche tout en allant à la rencontre du curé.

 

- Bonjour Monsieur le curé comment ça va aujourd'hui?

 

- Bonjour François, ça va bien et toi?

 

- Ca va bien je vous remercie, voilà 2 heures que je fais du vélo et je suis un peu fatigué, donc quand je vous ai vu j'ai ramassé 2 pommes dans le verger du Joseph et je me suis dis que vous seriez bien heureux d'en manger une avec moi.

 

- Et bien ça c'est gentil, viens on va aller s'asseoir sur le banc sous le gros noyer et nous allons manger notre pomme.

 

En arrivant sur le banc, le petit François tend les 2 pommes au curé et le laisse choisir celle qu'il veut.

 

Le curé prend une pomme et commence de la manger. Le petit François prend l'autre, sort un mouchoir de sa poche, éssuie sa pomme et la mange.

 

Etonné le curé lui dit: "Tu sais François, le Joseph ne met pas de produits sur ces arbres, donc tu n'as pas besoin d'essuyer ta pomme pour la manger."

 

- Oh je le sais bien cher curé, mais quand j'ai ramassé ces pommes il y en avait une qui était dans une beuse et je ne me souvient plus laquelle c'était !!!!

 

Texte Christiane Lapaire