baniere remparts porrentruy

pigLo tchvâ ét lo poûe

Vos èz bïn chur tus cognus nos véyes étâles laivous lés bétes étïns leudgies tus en lai fois. E y aivait d'ènne sen ènne randgie de vaitches â long désquélles se trovïnt, derie ènne déssâvraince, yün ou bïn dous tchvâs. De l'âtre sen étïnt lés djûenes roudges-bétes pe, bïn s'vent derie lo tchvâ, ïn bolat po lés poûes. S'vent en trovaie encoé quéques dgerainnes à fond de l'étâles.

 

 

Mon Dûe qu'en était bïn lés sois d'hûvie, dains lai boiénne tchâlou de l'étâle, sietaie tchu ènne botte d'étrain, à moitan de totes cés bétes. An djasait de tot pe de ran, en racontait dés loûenes. Aiprés, en lai tieujainne, an maindgeait ïn p'tét r'cegnon d'vaint que d'allaie à yét.

 

Note hichtoire d'adjed'heu se pésse dains ènne de cés étâles.

 

Lo tchvâ était malaite. Lo vét'rinaire, qu'ât aivu aippelaie, dit à paiysain:

 

- I y veus faire ènne pitçhure, mains se dains trâs djoés è n'ât pe r'botaie tchu pies, è l've fayait tyûaie.

- Lo poûe que s'trove dains son bolat à long d'lu é qu'é tot oûeyi, dit à tchvâ:

- Yeuves-te !

 

Mains ci poûere tchvâ ne boudge pe.

 

Lo djoés d'aiprés, lo poûe r'dit à tchvâ:

- Yeuves-te vite !

 

Mains lo tchvâ ne boudge pe.

 

Lo trajïeme djoé lo poûe dit encoé ïn côp:

- Yeuves-te tot comptant, sains çoli t'és fotu è v'lant te tyûaie!

 

Oûeyaint çoli, lo tchvâ fait ïn éffoûe di diaile ét airrive è se yeuvaie.

 

Lo paiysain qu'airrivait en l'étâle en ci môment li, ât bïn héyerou de voûere que son tchvâ à r'voiri. Dâli, è dit en sai fanne:

- Yadine, è nos fât fétaie çoli, ..... ét po fétaie çoli daidroit nos v'lan tyuait l'poûe !

 

Dâli lai morale de c't'hichtoire, ç'ât qu'en dairait aidé se maçhaie de c'que nos ravoiéte pou que çoli ne se r'vireuche pe contre nos !

 

Texte Christiane Lapaire

 


 

 

pigLe cheval et le cochon

  

Vous avez bien sûr tous connus nos vieilles écuries où les bêtes étaient toutes logées ensembles. Il y avait d'un côté une rangée de vaches, à côté desquelles se trouvaient, derrière une cloison, un ou deux chevaux. De l'autre côté il y avait les génisses, et bien souvent derrière le cheval un caboulot pour les cochons. Souvent on trouvait encore quelques poules au fond de l'écurie.

 

Mon Dieu qu'on était bien les soirs d'hiver, dans la bonne chaleur de l'écurie, assis sur une botte de paille, au milieu de toutes ces bêtes. On parlait de tout et de rien, on racontait des hostoires. Après, à la cuisine, on mangeait un petit casse-croûte avant d'aller se coucher.

 

Notre histoire d'aujourd'hui se passe dans une de ces écuries.

 

Le cheval était malade. Le vétérinaire qui a été appelé, dit au paysan:

- Je vais lui faire une piqûre, mais si dans trois jours il n'est pas remit sur pieds, il faudra le tuer.

 

Le cochon qui se trouve dans son caboulot à côté de lui, et qui a tout entendu, dit au cheval:

- Lèves-toi !

 

Mais se pauvre cheval ne bouge pas. Le jour suivant, le cochon redit au cheval:

- Lèves-toi vite !

 

Le cheval ne bouge pas.

 

Le troisième jour, le cochon dit encore une fois:

- Lèves-toi tout de suite, sans cela tu es foutu ils vont te tuer!

 

Entendant cela, le cheval fait un effort du diable et arrive à se lever.

 

Le paysan qui arrivait à l'écurie à ce moment-là, est bien heureux de voir que son cheval est guérit. Donc il dit à sa femme:

- Claudine, il nous faut fêter cela,.... et pour fêter cela comme il se doit nous allons tuer le cochon !

 

Donc la morale de cette histoire, c'est qu'on devrait toujours se mêler de ce qui nous regarde, pour que cela ne se retourne pas contre nous!

 

Texte Christiane Lapaire