baniere remparts porrentruy

 

 

enfantDiaile de laicé

 

L'annaie péssaie, lo Paul èt lai Clémentine sont paitchis en condgies en Afrique. Musaîtes-vouêre qué l'aiffaire c'était. Yos que n'aivïnt djemais fait ïn chi gros voiyaidge.........ïn voiyaidge que daivait mairtçhaie lo réchte de yote vie.

 

Bïn chur que lai Clémentine c'était ènne toénnère de djûene fanne qu'ainmaie bïn lai vie èt ïn po coéynaie lés hannes. Lu, lo Paul è n'aivait pe ïnventaie l'âve tchâde, mains èl aivait dés sous. C'ât dje bïn bé, à moins pou paiyie yote voiyaidge.

  

C'que ç'ât péssaie tchéz cés nois, niün ne l'é djemais saivu, mains c'qu'è y é de chur ç'ât que nuef mois aiprés, lai Clémentine botè à monde ïn p'tét bouebat, lés pois tot frisaies, lo naie ïn po écaçhaie èt lai pé que tirait putôt tchu lo café que tchu lo laicé. Pus çoli allaie en aivaint, pus l'afaint preniait de lai tieulaie. Po fini, lo Paul écmencaie de se posaie dés quechtions. E pe ïn bé soi è demainde en sai fanne :

 

- Dis vouere Clémentine, è n'te sanne pe que note Louyis é l'air  d'ïn p'tét noi?

 

- Mon poûere Popol, te r'bôle ! Bïn chur que note Louyis à pus noi que lés âtres afaints. Mains se te te raippeules bïn, tiaind qu'èl était popon, i n'aivos pe prou de laicé, aidonc ç'ât lai noi fanne qu'était à long de moi en l'hôpita que l'é fait è tassie. Voili lai réjon tote sïmpye. Lo médcïn m'é dit que çoli v'niait di laicé.

 

- Bon, bon se ç'ât dïnche, y ne dis pus ran.

 

C'ment lo Paul n'était pe chur dés dires de sai fanne è s'en vait tchie sai mére :

 

- Dis-vouere mére, aivo note petét Louyis, lai Clémentine m'é dit que c'était poéche qu'èl aivait bu di laicé d'ènne noi fanne qu'èl ât devni noi. Tiudes-te que ç'ât lai voirtè?

 

- Bïn chur, mon poûere Paul. Tïns, tiaind t'és v'ni à monde, moi non pus i naivos pe prou de laicé, çoli fait qu'i t'ai neûris aivo di laicé de vaitche. Dâli mitnaint ç'ât po çoli qu'adjed'heu te poétche dés écouenes.......

 

Texte Christiane Lapaire

 

 

 


 

 

 

enfantDiable de lait

 

L'année passée, le Paul et la Clémentine sont partis en vacances en Afrique. Pensez-vous quelle affaire c'était. Eux qui n'avaient jamais fait un si grand voyage.... Un voyage qui devait marquer le reste de leur vie.

 

Bien sûr que la Clémentine c'était une tonnerre de jeune femme qui aimait bien la vie et taquiner les hommes. Lui, le Paul il n'avait pas inventé l'eau chaude, mais il avait des sous. C'est déja bien beau, au moins pour payer leur voyage.

 

Ce qui c'est passé chez ses noirs, personne ne l'a jamais su, mais ce qu'il y a de sûr c'est que neuf mois après, la Clémentine mettait au monde un petit garçon, les cheveux tout frisés, le nez écrasé et la peau qui tirait plus sur le café que sur le lait. Plus ça allait de l'avant plus l'enfant prenait de la couleur. Pour finir, le Paul se posait des questions. Et puis un beau soir il demande à sa femme :

 

- Dis voir Clémentine, il ne te semble pas que notre Louis à l'air d'un petit noir?

 

- Mon pauvre Popol, tu dérailles! Bien sûr que notre Louis est plus noir que les autres enfants. Mais si tu te rapelles bien quand il était bébé, je n'avais pas assez de lait; donc c'est la dame noire qui était à côté de moi à l'hôpital qui l'a fait téter. Voilà la raison toute simple. Le médecin m'a dit que ça venait du lait.

 

- Bon, bon si c'est comme ça je ne dis plus rien.

 

Comme le Paul n'était pas bien sûr des dires de sa femme il s'en va chez sa mère.

 

- Dis voir maman, avec notre petit Louis, la Clémentine me dit que c'était parce qu'il avait bu du lait d'une femme noire qu'il est devenu noir. Tu crois que c'est la vérité?

 

- Bien sûr, mon pauvre Paul. Tiens, toi quand tu es venu au monde, moi non plus je n'avais pas assez de lait, donc je t'ai nourri au lait de vache. Donc c'est pour cela qu'aujourd'hui tu portes des cornes .........

 

Texte Christiane Lapaire



Portrait de Paquerette Barré
Paquerette Barré a répondu au sujet : #294 il y a 3 ans 2 mois
Notre popole s'est bien fait rouler par sa Clementine...Belle histoire Christiane ! Merci